Mar

10

2015

Hyper Cacher : quatre suspects en garde à vue

Attentats de Paris. Amar R. est suspecté d’avoir troqué des armes pour le compte d’Amedy Coulibaly.

Quatre nouvelles personnes ont été placées en garde à vue lundi dans l’enquête sur les attentats de janvier à Paris. Toutes sont membres de l’entourage d’Amedy Coulibaly, 32 ans, auteur de l’assassinat de la policière de Montrouge, Clarissa Jean-Philippe, et de la prise d’otages de l’Hyper Cacher ayant fait quatre victimes. Ironie de l’histoire, ces arrestations sont intervenues le jour de la réouverture du magasin de la porte de Vincennes…

Parmi les deux gardés à vue, figurent un proche de Coulibaly, Amar R., et sa compagne, adjudante de gendarmerie au fort de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). C’est le Canard enchaîné qui révélait, début février, cette idylle sulfureuse. Dans le cadre de leurs investigations, les enquêteurs ont analysé les «fadettes» des treize téléphones de Coulibaly. Un travail de Romains qui a permis d’identifier soixante profils suspects. Parmi eux, Amar R., dont le téléphone portable a été localisé par un relais non loin de l’Hyper Cacher, juste avant l’attentat.

Consigne est alors donnée de ne pas l’interpeller directement. Les flics établissent que le niveau de dangerosité d’Amar R. permet de le filocher. Grigny (Essonne), Gonesse (Val-d’Oise), le jeune homme gravite alors dans toute la région parisienne. Mais un soir, la filature prend des atours plus inattendus. Amar R. mène les policiers au fort de Rosny-sous-Bois, un centre opérationnel de la gendarmerie hébergeant le service central des réseaux et technologies avancées, le service technique de recherches judiciaires et de documentation, ainsi que le système des opérations et du renseignement. Surprise, Amar R. pénètre dans l’enceinte de la caserne sans aucune difficulté !

Les enquêteurs tombent des nues lorsqu’ils s’aperçoivent qu’il file le parfait amour avec une adjudante récemment convertie à l’islam. Rien d’illégal, à ceci près que la jeune femme aurait consulté des fichiers sensibles ayant pu servir à la logistique de son compagnon. Amar R. est en effet soupçonné d’avoir troqué des armes contre un véhicule avec Amedy Coulibaly.

Le 23 janvier, Amar R. a été interpelé par la Brigade de recherche et d’intervention dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen émis par l’Espagne pour trafic de stupéfiants. Fin janvier, quatre autres complices présumés d’Amedy Coulibaly avaient déjà été mis sous les verrous. Tonino G., Willy P., Christophe R. et Michaël A. auraient également fourni armes et véhicules au jihadiste.

 

 

Source: liberation.fr, 9 mars 2015

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.