Jan

11

2016

« Il y a aujourd’hui des cas qui en terme « qualitatif » sont beaucoup plus inquiétants pour nous qui ne l’étaient dans le passé. » Johanne Gurfinkiel, Secrétaire général de la CICAD

Un an après les attentats de Paris causant la mort de 17 personnes dont 4 à l’Hyper Cacher, l’inquiétude de la communauté juive reste plus que jamais présente et reste la première cause de départ en Israël. En 2015, 8 000 personnes ont ainsi quitté la France. Un record.

Ce 9 janvier 2016, un vibrant hommage a été rendu aux victimes des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hypercasher avec de nombreuses commémorations. Pourtant, un an après, la communauté juive ressent un sentiment d’insécurité très fort au quotidien depuis la tuerie antisémite.

Un climat général ressenti également par la communauté en Suisse, comme l’explique Johanne Gurfinkiel, Secrétaire général de la CICAD au micro de la RTS, samedi 9 janvier. Evoquant une libération de la parole antisémite, il ajoute « l’anonymat aujourd’hui n’est plus de mise. Les gens s’expriment publiquement et à visage découvert sur les réseaux sociaux. Dernièrement un rabbin s’est fait insulter en pleine rue à Genève, un arbitre identifié comme juif s’est fait insulter par des supporters . Il y a aujourd’hui des cas qui en terme « qualitatif » sont beaucoup plus inquiétants pour nous qui ne l’étaient dans le passé. Plus d’éléments seront dévoilés avec la publication du rapport de la CICAD sur l’antisémitisme fin février »

Depuis, la communauté juive s’est habituée en France à la présence de militaires devant les synagogues et les écoles. Un dispositif  qui n’a pas fait baisser le nombre d’actes antisémites. La tendance à la hausse s’est confirmée en 2015.

 

Pour revoir l’interview, cliquer ici ci-dessous

 

 

Source : RTS, journal de 19h30, 9 janvier 2016

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.