Nov

08

2016

« L’Etat ne peut agir seul et a besoin d’acteurs comme la CICAD. » Béatrice Métraux, Cheffe du Département vaudois des institutions et de la sécurité (DIS)

Lundi 7 novembre à Lausanne, la CICAD accueillait Béatrice Métraux, Cheffe du Département des institutions et de la sécurité (DIS) vaudois. La Conseillère d’Etat s’est prêtée avec franchise et bienveillance au jeu des questions/réponses.

Alain Bruno Lévy, Président de la CICAD n’a pas manqué d’interpeller la Conseillère d’État sur le développement de l’extrémisme et les inquiétudes légitimes qui naissent face à ce phénomène. « Malgré une diminution des actes antisémites au cours de l’année 2015, nous voyons se développer un certain nombre de groupuscules extrémistes, complotistes et autres islamistes qui sont une source réelle d’inquiétude pour la CICAD dans notre lutte contre l’antisémitisme ». Pour Béatrice Métraux : « Lorsqu’une communauté est inquiété, telle que la vôtre, je la reçois et nous mettons en place une surveillance accrue durant une certaine période. Ce qui fut le cas en 2011 devant une de vos écoles enfantines à Lausanne. Nous sommes attentifs. » Pour autant la Conseillère d’Etat préfère ouvertement expliquer qu’il est impossible de placer devant chaque bâtiment communautaire et potentiellement à risque des policiers en permanence. « Nous comprenons vos préoccupations mais nous ne pouvons pas mettre des gendarmes devant tous les bâtiments communautaires, les synagogues ou les églises par exemple. D’une manière générale, il nous est impossible de gérer la sécurité de l’ensemble des bâtiments communautaires uniquement pour un moment précis. »  Une protection des bâtiments communautaires qui reste une préoccupation pour la CICAD comme la rappelé Alain Bruno Lévy.

Dernière affaire suivie de près par la CICAD dans le Canton de Vaud, une conférence sur le nationalisme interdite début novembre par le gouvernement vaudois avec notamment Philippe Brennenstuhl, fondateur et président du Parti nationaliste suisse (PNS). Une prise de position du gouvernement vaudois qualifiée de « courageuse » par le Président de la CICAD. Pour Béatrice Métraux, cette interdiction s’imposait. « La portée des discours racistes auprès de la population m’inquiète. Il y a un climat de tension, de montée de l’intolérance qui existent envers la communauté musulmane et qui a des répercussions envers votre communauté. Face à cela je voudrais vous dire que les autorités vaudoises sont conscientes de cette montée de l’intolérance et ne peuvent la supporter. C’est pour cette raison que nous avons interdit cette manifestation. C’est un message fort que nous avons voulu donner. Dans quelques jours Alain Soral sera à Genève. Nous verrons comment le gouvernement genevois se positionne. »

Parmi ces activistes, le canton de Vaud a également permis à Dieudonné en janvier 2016 de venir effectuer plusieurs représentations dans la ville de Nyon. Une venue qui avait fortement mobilisée la CICAD. Pour la Cheffe du Département de la Sécurité, il était essentiel de surveiller cette manifestation et d’agir le cas échéant. « Nous avons ainsi reçu la commune de Nyon lors de la venue de Dieudonné en janvier 2016. Le canton ne peut interdire une manifestation que s’il y a un trouble à l’ordre public. J’ai alors pris le parti de placer des policiers dans la salle lors des représentations et demander à la commune de faire une analyse de la situation. »

En conclusion, Béatrice Métraux a rappelé combien « Cette problématique de la montée de l’intolérance m’est très chère. C’est donc tout naturellement que j’ai souhaité en discuter. Je remercie la CICAD pour l’ensemble de ses actions dans la société civile et dans les écoles. Merci de votre présence et de vos échanges avec la population vaudoise. L’Etat ne peut agir seul et a besoin d’acteurs comme la CICAD. Merci pour votre travail et de nous rappeler que nous devons agir. »

 

Monsieur Alain Bruno Lévy, Président de la CICAD et Madame Béatrice Métraux, Cheffe du Département vaudois des institutions et de la sécurité (DIS)

 

 

Source : CICAD, 8 novembre 2016

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.