Nov

10

2015

« C'est un discours difficile mais indispensable afin de transmettre aux générations suivantes ce qu'il s'est réellement passé. » Christophe Ruiz, professeur de physique chimie à l’Institut Florimont

Il y a des témoignages qui ne laissent pas insensibles et restent gravés dans la mémoire de ceux qui ont l’opportunité de les entendre. Madame Paulette Angel-Rosenberg ne narre pas seulement son vécu concentrationnaire,  elle captive son auditoire en lui faisant revivre une France sous occupation nazie durant la Seconde Guerre mondiale. Le temps d’une après-midi, plus d’une trentaine d’élèves de l’Institut Florimont, suspendus à ses lèvres, ont écouté cette octogénaire pleine de vie. Un moment fort qui prépare ces élèves à la journée d’étude à Auschwitz-Birkenau organisée par la CICAD le 25 novembre prochain.

Madame Paulette Angel-Rosenberg a partagé avec ces jeunes son témoignage dans les moindres détails, confrontant petit à petit les élèves à la politique de « déshumanisation » établie par les nazis. L’auditoire a vécu, le temps de son témoignage, son adolescence en tant que Juive dans une France sous occupation. Un récit bouleversant pour cette jeune génération qui a étudié ce pan sombre de l’histoire avec leur professeur. Plus qu’un complément de cours, les élèves entrevoient alors, avec un tel témoignage, les atrocités commises par les nazis.

C’est avec une grande émotion que Paulette Angel-Rosenberg débuta son témoignage en se remémorant ses jeunes années d’adolescente qui lui feront vivre l’horreur. « Mes chers enfants je vous remercie de m’avoir invitée à partager avec vous quelques années clés de ma vie pendant la Seconde Guerre mondiale. J’avais 12 ans le 3 septembre 1939 à la déclaration de la guerre. À cette époque l’Allemagne était dirigée par le dictateur Hitler que son peuple avait hissé au pouvoir en 1933. Il avait comme cheval de bataille «l’extermination des Juifs d’Europe.» Après avoir fait un rapide historique de cette époque, Madame Angel-Rosenberg évoquera avec passion son arrestation avec sa sœur dénoncées aux nazis par ses passeurs alors qu’elles allaient traverser la ligne de démarcation, sa séparation avec sa famille restée à Angoulême et son emprisonnement jusqu’au camp de Drancy. Au cours de son témoignage, elle fera part aux élèves de ses nombreuses interrogations durant cette période. Parmi elles, une question revenant sans cesse au cours de sa déportation «pourquoi nous Juifs ne pouvions nous pas être libres, qu’avions-nous fait ? »,  tout comme ce sentiment lancinant de n’être pas «comme tout le monde » dans cette France divisée en deux.

Pendant plus de deux heures, Paulette Angel-Rosenberg partagera cette tragique expérience de vie, un moment bouleversant mais qui restera gravé dans l’esprit de ces jeunes âgés de 18 à 19 ans qui l’ont longuement applaudie.

« Un moment très intense pour les élèves. » comme l’explique Christophe Ruiz, professeur de physique chimie à l’Institut Florimont avant de poursuivre «  Après avoir discuté avec les élèves "à froid" pour avoir un retour plus constructif, il s'avère qu’ils ont particulièrement été touchés par le récit de Madame Paulette Angel. En effet, c'est une chose de lire des documents, et c'en est une autre d'écouter un témoignage vivant d'une personne ayant vécue ces atrocités. Le récit fut riche d'informations et particulièrement précis au niveau des dates. Certains élèves eurent des difficultés à contenir leur émotion et furent "suspendus aux paroles de Madame Paulette Angel" tant elle y mettait de l'intensité. C'est un discours difficile mais indispensable afin de transmettre aux générations suivantes ce qu'il s'est réellement passé. Je trouve que c'est une excellente façon de préparer cette journée du 25 novembre. »

 

 

 

Madame Paulette Angel-Rosenberg à l'Institut Florimont le 27 octobre 2015 en compagnie des élèves et de Monsieur Christophe Ruiz, professeur de physique chimie.

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.