Interview de Marina Solodkine

Marina Solodkine est membre de la Knesset (parti Likoud) et Vice Ministre de l'Immigration. Interview du 31 mai 2005.

 

Quel est votre parcours ?

 

«J'ai étudié l'économie et la finance à l'Université de Moscou, puis j'ai travaillé à l'Université hébraïque de Jérusalem, avant d'entrer à la Knesset. J'ai aussi écrit des articles pour la presse russe et j'ai travaillé à la radio, pour expliquer la situation des immigrants en Israël et pourquoi cette question est aussi compliquée

 

 

Quel est le profil des nouveaux immigrants ?

 

«L'année dernière, nous avons eu seulement 22 000 nouveaux immigrants: 12 000 de l'ancienne Union Soviétique et 10 000 d'Ethiopie, d'Afrique du Sud, d'Argentine et des Etats-Unis. Dans les années 1960, il y a eu une très grande vague d'immigration depuis l'Asie et l'Afrique du Nord. Dans les années 1970, c'est l'immigration depuis l'ancienne Union Soviétique qui a commencé et dans les années 1980, nous avons fait des opérations pour faire venir les Juifs d'Ethiopie via le Soudan; c'était presque des opérations militaires ! Enfin, dans les années 1990, nous avons eu une grande vague d'immigrants d'ancienne Union Soviétique.»

 

Comment l'Etat d'Israël gère-t-il une immigration aussi importante ?

 

«Ce qui est bien et important en Israël, c'est que le gouvernement aide les immigrants, notamment pour apprendre la langue. Les premiers Russes qui sont arrivés en Israël ne parlaient pratiquement pas un mot d'hébreu; maintenant, la situation est différente parce que l'Agence Juive travaille sur le territoire de l'ancienne Union Soviétique et donne des cours d'hébreu. Lorsque j'ai appris l'hébreu, c'était de manière clandestine: si les autorités l'apprenaient, nous étions punis. Toute ma famille a appris l'hébreu clandestinement.

 

Dans de nombreux pays en Europe, le problème est que les immigrés, même de deuxième ou troisième génération, ne parlent pas bien la langue du pays. En Israël, en un ou deux ans, vous parlez l'hébreu.»

 

 

Interview réalisée le 31 mai 2005

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.