Jul

24

2012

Condolezza Rice accuse Abbas d'avoir refusé la paix

Dans cette affaire, tout le monde accuse tout le monde de mentir. Mahmoud Abbas est intervenu, samedi 7 juillet, sur la seconde chaîne de télévision israélienne pour affirmer, avec aplomb, que la conversation évoquée par Condolezza Rice dans son recueil de mémoires n'avait tout simplement jamais existé. Celle-ci affirme en effet dans son livre, « No higher Honnor » que le numéro un palestinien avait refusé la proposition d'Ehud Olmert de restituer 90% de la Judée-Samarie et 100% de la bande de Gaza en échange de la paix.

 


M. Abbas a démenti tout aussi sereinement Jackson Diehl, journaliste au Washington Post qui reprenait la même information en ajoutant une phrase de lui : « les divergences étaient importantes» avec l'ancien Premier ministre israélien. En fait, M. Abbas estime qu'il n'a jamais prononcé cette phrase et que toute cette histoire n'est que pure invention.

 


Mais Mme Rice (qui n'est pas franchement connue pour être une affabulatriee) a confirmé que le président de l'Autorité palestinienne avait refusé l'offre de M. Olmert en 2008. On se demande, du reste, pourquoi M. Abbas se lance soudain dans une campagne de presse pour dénoncer une histoire qui est déjà ancienne. En 2009, le quotidien Haaretr avait déjà affirmé que l'ancien chef du gouvernement israélien avait proposé d'échanger des centaines de kilomètres 'carrés de territoires situés en Israël contre le maintien des grands blocs d'implantations situées en territoire palestinien. Et cela n'avait pas provoqué la moindre réaction palestinienne.

 


D'aucuns estiment aujourd'hui que M. Abbas ne veut pas apparaître comme celui qui avait accepté un plan de partage parce qu'il est en pourparlers avec le Ramas pour former un nouveau gouvernement d'union .

 


Source : Actualité juive, 19 juillet 2012.

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.