Les témoignages de rescapés | CICAD
×

Les témoignages de rescapés


"Ce jour où j’ai été emmenée à Auschwitz"

18 Octobre 2017

La guerre va prendre fin dans un peu plus d’un an. Nous sommes en mars 1944. En Pologne, dans les camps d’extermination, la température descend à – 30 °C. Simone veil, sa mère et sa soeur survivront. Moi aussi. Ma famille, non. Propos recueillis par Karine Grunebaum.

En savoir plus

Noëlla Rouget à la rencontre des étudiants de l'école Moser

17 Octobre 2017

Ce matin, les élèves de l'école Moser à Genève ont eu l'opportunité d'écouter le témoignage de Noëlla Rouget, résistante française arrêtée en juin 1943 et déportée à Ravensbrück pendant la Seconde Guerre Mondiale. "Je ne suis ni historienne ni professeur d'Histoire. Je suis un témoin qui a vu, qui a subi, et vu aussi des milliers d'autres femmes et d'enfants subir les terribles sévices infligées par des hommes dont le pays avait perdu son âme", a-t-elle déclaré devant une salle remplie d'oreilles attentives et captivées par ce témoignage plus qu'émouvant.

 

En savoir plus

Déporté à 13 ans, il s'est raconté aux gymnasiens

10 Octobre 2017

Survivant des camps de la mort, le professeur Sami Sandhous a partagé son expérience pour la première fois avec des étudiants. A la sortie de la classe, les élèves font la queue. L'un après l'autre, sans se presser, ils serrent chaleureusement la main à un homme aux yeux d'un bleu aussi profond que les épreuves qu'il a traversées. Une poignée de main, un «merci, merci beaucoup», les yeux dans les yeux, touchés. Pour exprimer leur émotion face au témoignage qu'il leur a livré.

 

En savoir plus

L'enfant d'Auschwitz

9 Octobre 2017

"Ma mère était désolée : je ne peux plus rien pour vous. J'ai été catastrophé d'entendre cette phrase. Nous avions été raflés et emmenés dans le stade de notre ville, à Benjin, en Pologne. J'avais 11 ans. Nous étions tous là, mes deux frères, mes deux soeurs, à l'exception de mon père, qui avait déjà été raflé à son travail. J'étais catastrophé et en même temps, j'ai ressenti toute la noblesse qu'il y avait dans cette phrase. Peu après, elle nous demandait de partir, coûte que coûte, de nous enfuir, dès qu'on pourrait. Le stade était très bien gardé.

En savoir plus